Ma carrière dans le X? Un échauffement!

« Pourquoi as-tu fait ça? »

Durant toute ma carrière, et même après avoir arrêté  il y a 6 ans, je n’ai fait qu’entendre les mêmes phrases :

« Mais tu n’as pas honte ? Comment es-tu tombée là-dedans ? Et ta famille dans tout ça ?

« Comment oses-tu espérer un jour devenir mère ? Tu donnes le mauvais exemple. « 

« Changer de vie ? Tu n’y arriveras jamais. »

« Ma pauvre, on ne voudra jamais de toi en tant que Céline, et encore moins avec tes fringues!

« Tu t’es faite connaître en te faisant baiser. Tous les hommes que tu rencontreras ne pourront ne te voir que comme ça… Tu es et ne resteras toujours que « Katsuni l’actrice porno » qui fait des scènes trashs. Alors sois gentille, laisse tomber. »

Vous savez ce qui fait le plus mal dans cette histoire ? C’est que la plupart de ces phrases ont aussi été prononcées par des proches. Un ex petit-ami avec qui j’ai fort heureusement coupé le ponts. Toxique… Mais aussi par une amie chère elle-même travailleuse du sexe, avec qui j’ai pourtant partagé beaucoup de moments de complicité. Et oui, ce sont parfois les personnes les plus proches qui utilisent leur influence pour vous polluer.

Aujourd’hui, je me contrefous toujours des remarques désobligeantes lancées par ceux/celles que je ne connais pas. Les commentaires fusant sur le web sont un brouillard au-dessus duquel je préfère virevolter. Mais pour ces personnes pour qui j’ai pu éprouver de l’affection, je ne peux que ressentir de la tristesse….

« C’est pour ton bien »

Ce sont elles qui sont condamnées, coincées dans leurs propres croyances. Alors bien sûr, pour certaines, il peut y avoir beaucoup de bienveillance dans leurs paroles, elles veulent soit-disant ce qu’il y a de meilleur pour nous. Elles croient elles-mêmes bien faire en « mettant en garde », car ELLES, savent . Mais ne sont elles pas elles-mêmes terrifiées à l’idée d’échouer ?

J’ai fait le choix de prendre mes distances. Car il est des relations qui vous enferment, vous freinent. Si l’amitié devrait être le terrain de la franchise, de la critique ouverte, celles-ci ne devraient-elles pas être constructives, épanouissantes ? C’est assez douloureux mais on ne peut changer les gens. Seulement eux-mêmes le peuvent, s’ils parviennent un jour, à se remettre en question.

En fait, je crois qu’il n’y a rien de pire que la phrase  » C’est comme ça. » Alors oui, c’est beau l’acceptation, la résilience. Mais ici, il ne s’agit pas de cela. Abandonner de se réaliser et baisser les bras, ce n’est pas seulement renoncer à ses rêves, mais à soi. Alors « c’est comme ça? », tout est foutu d’avance ?

« Tu ne pourras jamais rien faire d’autre ».

Vous savez quoi, les étiquettes, c’est tellement une spécialité en France, que je me suis donné pour jeu de les collectionner. J’en ai tout un catalogue d’étiquettes !

Des boulots, je peux dire que j’en ai abordés quelques uns, même si pour certains, ce fut de manière très furtive : Comédienne… habillée, prof de strip-tease, scénariste de BD, contorsionniste, cascadeuse, créatrice et vendeuse de lingerie sur internet, créatrice de contenus pour YouTube, blogueuse, Praticienne en massages bien-être, prof de yoga, Praticienne en Hypnose, coach en sexualité, directrice de collection

Il m’aura fallu 6 ans pour trouver ce que j’estime être enfin ma véritable place, celle où j’ai l’intime conviction que tout fait sens, que je suis légitime, compétente, et où j’ai tant à partager. Je m’épanouis aujourd’hui dans deux professions:

  • dans l’édition (auteure, directrice la collection Porn’Pop chez Glénat)
  • dans le développement personnel, avec le coaching (relationnel, rapport au corps et sexualité) et le massage bien-être.

En fait, cette place je ne l’ai pas trouvée. Je me la suis créée.

« Comment as-tu fait? »

Je crois qu’il est important de le préciser, les messages et commentaires que l’on m’adresse directement sont désormais essentiellement positifs, enthousiastes, bienveillants. Et bien souvent, ils sont suivis d’une demande de conseil ou même de rendez-vous. Je ne me plains donc plus de mon rapport au public qui a lui aussi évolué. Même s’il demeure certaines formes de stigmatisation, voire même de discrimination, je me sens comblée. J’en parlerai dans un prochain article toujours dédié au thème de la reconversion ….

Je terminerai celui-ci en me tournant vers vous : et vous, que voulez-vous vraiment ? Quelle place souhaitez-vous occuper dans ce monde ? Si je puis me permettre un conseil:

Vous voulez votre propre espace ? N’attendez pas, partez à sa conquête.

Et comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, soyez généreux et généreuses avec vous-mêmes, ne vous limitez pas.

Visez le meilleur, parce qu’il n’y a aucune raison que vous ne le méritiez pas si vous vous battez pour ça. Effort, persévérance, et le plaisir de faire!

Le secret de la réussite? C’est VOUS 🙂

A lire: « Reconversion professionnelle: savoir partir ». Cliquez ici.

Coaching de vie, conseils sexo, massages bien-être, accompagnement par l’hypnose… Cliquez ici. Pour prendre RDV, répondez au formulaire.

"On a plusieurs vies dans une vie."

Comments (14)

  1. Très bel article ! Cela fait plaisir d’avoir l’exemple d’une personne qui sort du cadre dans lequel on peut l’enfermer. Je pense, mais ce n’est que mon avis, que 90% du temps, que ce soit des proches ou non, les remarques négatives du type « tu n’y arriveras jamais, etc » ne sont que des projections de ces personnes sur toi. Leur mal-être rejailli de cette façon là. Ils ne prennent pas du tout en compte qui tu es et ta personnalité mais se cantonne à leurs peurs.

    1. Exactement. Merci pour ton commentaire. D’ailleurs, je vais compléter un peu mon article du coup:-)

  2. Çà ne doit en effet pas être très agréable et déstabilisant d’avoir à affronter ces préjugés négatifs et infondés.Il faut une grand force de caractère et une connaissance de soi même et de ses motivations , ce dont Céline ne manque pas, pour y faire face.
    Tout à fait d’accord avec Corpus jacta sur la qualité de l’article. Je serait moins pondéré que lui sur son analyse, quitte à en être caricaturale. Je pense que les critiques viennent de jaloux , de frustrés de coincés qui aimeraient et qui rêvent d’en faire autant, et comme il ne peuvent pas, ils condamnent et font appel à la vertu, à la morale,à la religion.Ils feraient mieux de regarder comment on fait et d’en faire autant. Çà fait un peu psychologie de comptoir , mais ce n’est peut être pas si loin de la réalité.
    Bien différente est la démarche de Céline constructive et pleine de générosité, qui vient proposer, de par son expérience et ses compétence des solutions au mal être, et apprendre à jouir à tous les sens du terme, c’est a dire profiter de la vie.
    En voila une chouette de reconversion qui va faire taire les oiseaux de mauvaises augures et combler ceux qui veulent s’épanouir.
    Un soutient inconditionnel. Bonnes vacances à tous

  3. Vous n’envisagez plus de continuer à être comédienne (habillée) ?

    1. Bonjour, il y a toujours des projets qui émergent, mais ce n’est plus ma priorité. 😉

  4. Céline. Merci de lire ces lignes. Si on te traite de dépravée dit leur que l’important c’est pas le départ mais l’arrivée. Céline, ton visage détendu est plus précieux que la porcelaine de Limoges. Il suffit même quand des nuages étendus ont couvert les cieux. T’étais dans le X, ok c’est pas le JT mais tu vaux pas moins qu’Anne Sophie Lapix, tu peux te projeter.
    Je te recommande de lire une biographie du prophète Mohammed. Sache que tu va retourner à ton Créateur, Dieu le Tres Haut. Ou il t’integrera au Paradis, où tu brûlera dans l’Enfer. Chaque communauté à eu un prophète mais Muhammed a été envoyé à toute l’humanité et c’est le meilleur être qui ai posé son pied sur cette terre. Moi même je suis pas arabe, mais congolais. Un camarade de classe tunisien m’a parlé de l’islam auparavant, des années plus tard je me suis renseigné et j’ai fini par me convertir. La foi consiste à croire en Dieu, Ses anges, Ses livres, Ses prophètes, au Jour du jugement et à la prédestination, bonne ou mauvaise. En Enfer on est ni mort ni vivant, le Coran en parle, on y brûle et une nouvelle peau est installée une fois la peau brûlée. Dieu nous observe en permanence depuis la naissance, puis vient l’ange de la mort et la vérité apparaît. Paix à qui suit le chemin agréé de son Seigneur.

  5. Quelle est la différence entre une star du cinéma mainstream et une star du porno ? La première sera reconnue du grand public et obtiendra la considération intellectuelle, quant à la seconde, elle aura comme package de se faire traiter toute sa vie de tous les noms les plus dégueux du répertoire. Pourquoi cet acharnement ? Les raisons évoquées par Céline en début d’article sont celles qui viennent systématiquement quand on pense à une fille qui fait du porno. La famille, le futur si elle décide de devenir mère, etc… Ces considérations sont en tête de toutes les filles du X, je vous rassure. Charlotte Cross dit que ce n’est pas simple de ne pas y penser mais ajoute que si on fait du porno, il faut être fort et passer outre pour faire ce que l’on a envie de faire. Elle avait envie de faire du porno, elle en a fait, et pas qu’un peu ! Certes beaucoup de filles et femmes du porno font cela pour l’argent et la majorité ne s’en cache pas. On le sait. Les agences de L.A. mettent le paquet pour recruter de nouveaux talents. Passage au crible des webcameuses et filles qui font des shoots photos, contacts et promesses de beaux cachets avec l’avantage d’avoir l’argent tout de suite. Réagit-on de la même façon face à ce pécule facile qui s’offre quand on a vingt ans que lorsque l’on en a 40 et que la vie vous a déjà enfoncé quelques clous dans vos convictions initiales ? Pas certain.
    Alors oui, depuis toujours une fille qui vend son corps pour du sexe, c’est mal vu, c’est jugé, c’est moche, c’est une fille perdue.
    Le blog de Céline est un manifeste permanent contre ces préjugés. Elle ne les effacera pas, hélas, mais elle aura tenté de le faire de la plus belle des façons : En démontrant que la vie se renouvèle pour qui le veut bien. C’est très dur de sortir du porno quand on est en haut de l’affiche. C’est très dur de démarrer un après porno où l’on ne se retrouve même plus sur l’affiche.
    Bravo Céline pour votre énergie positive !!!
    Allez un sujet de réflexion : Fille dans le porno : Rien de bien ou Biens de rien ?
    Vous avez quatre heures…

  6. Merci pour cette article plein d’honnêteté et de liberté, comme tu le dis « ne jamais lâcher ses envies même si on sait que c’est pas simple », tu as un parcours, ton parcours, tu es une femme, une ex-actrice mais si on te connaît c’est qu’on est un peu cochon nous même.
    Maintenant tu es multicarte et tu es dans différents domaines, donc tout est possible.
    J’espère qu’il y aura un livre sur ses 6 années, eh oui j’ai pris goût à te lire :p

  7. Personne n’a le droit de te juger, que ces imbéciles aillent déjà balayer devant leur porte. Je te souhaite une excellente réussite dans tout ce que tu entreprends et surtout du bonheur.

  8. Céline, vue seulement à travers le personnage de Katsuni, n’arrive pas à la cheville de Céline d’aujourd’hui, que j’ai la chance de connaître et que j’admire pour sa grande générosité, pour sa recherche permanente d’amélioration et son exigence envers elle-même, pour sa simplicité, sa modestie, son courage et sa lucidité.
    Ceux qui ne connaissent pas cette Céline d’aujourd’hui n’ont pas de chance, les pauvres! Leurs critiques s’adressent à quelqu’un d’autre.

  9. Et si on parlait de l’échauffement de Céline dans le X ? Je crois que la meilleure façon d’en parler est de s’intéresser à ce grand film porno que fut « le palais des phantasmes » du regretté Alain Payet. Ce film de 2003 permet de dire sans gêne que le porno, quand c’est fait avec passion, intelligence et talent, peut être un divertissement (j’insiste sur ce mot) pour adultes (et celui-là aussi) de grande qualité. Alain Payet a été un réalisateur magnifique, qui, sous ses airs goguenards et ses attitudes un peu rabelaisiennes lorsqu’il était interviewé, était en fait un grand sensible, très attaché à ses actrices et d’une grande culture. Il pris donc Céline sous son aile pour qu’elle donne aux habits de Katsuni tout le talent porno qui allait la propulser ensuite vers les sommets. Dans ce film, Céline joue merveilleusement juste, taquine, avec des postures et un jeu d’actrice fort intéressants. Et quand Katsuni prend les affaires en main, si je puis dire, on y trouve les base qui feront d’elle une pornostar : Fellations stratosphériques, sodomies qui vaudront plus tard une récompense internationale à celle qui les performe avec autant d’allant. Et que dire du casting ? Nomi y joue peut-être sa scène hard la plus « hot » et magistralement filmée, toute vêtue façon sado-maso mais grâce, charme et beauté absolument intactes, Nomi, l’autre talent de grande classe du porno Français. Tiffany Hopkins fait aussi une prestation de grande qualité et Eva Falk montrait déjà que les femmes de l’Est pouvaient s’imposer dans le domaine. Le passionné (que je suis) de la vie de Céline y trouvera déjà quelques indices percutants (si je puis dire) de la ninja en sommeil. Dans ce film, notre belle héroïne assène quelques coups de karaté à son geôlier pour s’enfuir de son cachot et on y détecte déjà la précision des gestes de ce sport de combat de celle qui connaît bien le sujet. Et surtout, et surtout, ce film a UN SCENARIO !!! Alain Payet savait écrire et ficelait là encore un film agréable, amusant, décontracté qu’on ne lâche pas du début à la fin grâce à la prestation des talents qui le composent et à cette histoire de dessinateur de BD très… imaginatif. Alors si vous n’avez jamais regardé un porno de la grande époque du X Français, jetez vous sur celui-là.
    Et puis vous verrez, Céline y est magnifique, très belle et je crois que l’on peut dire que c’est une des rares filles (avec Nomi) à avoir traversé le porno même dans ses scènes les plus extravagantes sans que sa beauté n’ait réussi à être éclaboussée par la perversité parfois malsaine des productions.
    Le décès d’Alain Payet a mis également fin à une époque, hélas. Après lui allaient surgir de partout les gonzos sans âme où l’on allait rajouter ce mot effrayant au porno : « Industrie ». Alain était un artisan, et la seule chaîne qu’il ait connu pour le porno est celle du montage. Merci Monsieur Payet d’avoir donné au cinéma porno, un lustre qui lui fait bien défaut maintenant.
    Quant à Céline, sa beauté, elle la gardera encore des lustres et des lustres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *