Y-a-t-il une vie après le X?

A l’occasion des Putains de Rencontres organisées à Paris du 28 au 30 Juin par le Strass, le Syndicat des Travailleurs.euses du Sexe, j’aurai le plaisir de présenter une conférence sur le thème de la reconversion professionnelle


A vrai dire, contrairement à ce qui est évoqué dans le titre de cet article, mon ambition est de proposer des pistes de réflexion et des conseils, non pas exclusivement destinés aux acteurs.ices des films porno, mais aussi aux webcameurs.euses, prostitués.es exerçant dans la rue aux escorts de luxe , et toute autre personne travaillant dans le domaine du sexe. Large programme et combien délicat lorsqu’on constate la discrimination évidente qui touche les personnes exerçant dans ces secteurs.

Malgré la volonté de beaucoup à travailler dans la légalité, les injustices et expositions aux actes de violence, de jugements et à la précarité sont nombreuses. Une constante: l’hypocrisie de la société, de ses représentants et d’un public bien pensant et pourtant majoritairement consommateur, et la vulnérabilité de ces travailleurs.euses du sexe qui mettent en jeu leur corps, leur santé, leur intégrité.

Ici, il ne sera pas question de proposer un débat philosophique autour de la prostitution, ni même de parler des conditions de travail ou de la notion de plaisir. Il ne s’agit pas non plus de chercher à convertir en avançant des propos moralisateurs.

Cette conférence sera avant tout un espace de partage, et une invitation à une réflexion individuelle. Pas de militantisme non plus, mais un encouragement à une prise de conscience, de soi, son potentiel, ses ressources.

Car tout commence là, lors d’une prise de conscience où l’on ose dire « je », « non », dire « je veux, je ne veux pas », « voici mes conditions », où l’on apprend aussi à assumer, sourire, accepter, affirmer, contredire, surmonter les obstacles, s’en servir, persévérer, se réaliser. Se reconvertir est-ce que c’est difficile? Oui, sans aucun doute, vous répond celle qui a mis 6 ans à trouver sa nouvelle voie. Mais qui a dit que le mot « difficile »était synonyme d' »impossible »?

Vous l’aurez compris, ce petit partage pourrait presque tout aussi bien s’adresser à d’autres professions. Car il n’est pas rare dans le monde professionnel, de se sentir comme étant « la pute de quelqu’un ». Les abus de pouvoir, la précarité, les doutes, l’exigence de performance, le harcèlement, le burn out… Autant de thèmes qui tristement ressurgissent trop fréquemment dès lors que l’on parle du monde du travail.

Nul besoin de vendre du sexe pour avoir parfois l’impression de se prostituer. Inversement, nulle obligation de se sentir sale ou abusé dès lors qu’on utilise son corps pour gagner sa vie. Et il est même possible d’avoir du plaisir à la clé. Si si. Mais là n’est pas la question. Moi ce qui m’importe, c’est de vivre ses choix, pleinement.

La liberté ne se rêve pas. Elle s’exerce. Avec son lot d’espoir, de risques et de responsabilités. Avec ses erreurs aussi ( à ne pas confondre avec « échecs »), ses déceptions, qui sont autant des leçons. Tout changement commence par la conscience de soi. Et toute réalisation, par ce qu’on en fait. C’est alors que chaque jour peut être vécu comme une nouvelle chance!

J’en profite pour partager cette interview podcast, justement abordant le thème du doute… Bonne écoute!