Pratiquer la sodomie

Le mardi c’est sodomie!

Bonjour et bienvenue pour ce nouveau  #CourrierDesLecteurs. Aujourd’hui on va parler de quelque chose qui peut faire mal mais qui peut aussi faire beaucoup de bien, la sodomie! Voilà une pratique qui en fascine beaucoup. Je ne suis pas sexologue mais en revanche je peux prétendre à une certaine « expérience de terrain »! Mesdames et Messieurs vous avez devant vous une multi lauréate pour l’award de la « Meilleure Scène Anale » aux salons du X de Las Vegas et Barcelone! Mais trêve de plaisanterie. Voyons comment la pratiquer dans les meilleures conditions…


Le Message

Bonjour/bonsoir,

J’aimerais déjà te dire que j’aime beaucoup ton parcours et te lire. C’est très agréable de lire quelqu’un qui utilise les bons mots sans ambiguïté et qui donne de très bons conseils.

Je t’écris pour te parler d’un problème que nous rencontrons dans notre couple.
Nous sommes un couple très amoureux et très heureux sur tous les plans. Cependant, nous avons un problème sur le plan sexuel qui n’est pas embêtant au point que ça enlève le plaisir et le désir entre nous mais ça nous « coupe » dans l’élan de nos débats.
Nous n’arrivons pas à aller jusqu’au bout d’une sodomie alors que c’est une envie assez forte. On a réussi une ou deux fois mais les fois restantes ont été des échecs. Quand ce n’est pas moi qui bloque à cause d’un très mauvais souvenir, c’est Monsieur qui n’arrive pas à bander lors de la pénétration. Nous savons que c’est lié à une peur de me faire. Cependant nous prenons le temps de le faire et de bien se préparer et à chaque fois ça ne marche pas.  Pourtant, ayant une sexualité épanouie, nous avons essayé avec des objets fait pour cette pratique.  Nous ne savons plus comment régler ce petit problème qui nous coupe lors d’une relation sexuelle alors que nous en avons vraiment envie.
Voilà j’espère que tu pourras nous aider. Et te souhaite une bonne continuation. Et merci d’avance d’avoir pris le temps de me lire !


Ma réponse:

Bonjour merci pour ce message, je vous remercie tous les deux pour votre confiance.

Apparemment vous avez retourné le problème dans tous les sens et tenté plusieurs méthodes mais je vais profiter de votre question pour rappeler les bases afin d’effectuer une sodomie dans les meilleures conditions. (autant que ma réponse profite à un maximum de monde !)  Ensuite je me pencherai plus particulièrement sur votre situation.

Comment effectuer une sodomie (ou rapport anal) ? que ce soit pour l’homme comme pour la femme

LA PREPARATION

  • En avoir envie tous les deux

Le secret (pour tout) c’est l’envie. Si vous vous forcez à quelque chose, le corps ne suivra pas, il se contractera et refusera la pénétration. Avoir des appréhensions est normal, mais si vous êtes vraiment curieux(se) et désireux(se) de tenter l’expérience, vous avez déjà l’essentiel. C’est la première étape indispensable.

  • Se préparer sur le plan hygiénique
  1.  L’alimentation: évitez de trop manger la veille ou juste avant, et en particulier les plats épicés! Soyez attentifs à votre digestion. Plus vous serez léger(ère), plus vous serez à l’aise.
  2. Vérification de l’hygiène: si vous avez des doutes sur l’état de votre hygiène et que vous redoutez de mauvaises surprises lors du rapport, le mieux est de vérifier par vous-même. Lubrifiez votre doigt (avec de la salive ou du gel) et insérez-le doucement. Gardez des lingettes bébé à proximité pour vous essuyer 🙂 Si vous constatez que vous n’êtes pas propre, il n’y a pas de honte à avoir, il est naturel que cet orifice ne soit pas propre! Dans ce cas vous pouvez soit reporter le rapport, soit procéder à un lavement.
  3. Le lavement : vous pouvez vous procurer des poires à lavement en pharmacie (attention à bien en prendre pour l’anal et non vaginal, les embouts sont différents). Ce n’est clairement pas une pratique glamour mais au moins vous serez sûr(e) d’être parfaitement clean. Attention à bien expulser toute l’eau! Faites-le tranquillement dans vos toilettes en prenant soin que votre partenaire ne soit pas dans les parages (ou mettez une musique avec une bonne dose de décibels ), car ce petit rituel peut provoquer des sons peu propices à stimuler la « parade amoureuse ».

LA MISE EN PLACE

  • Bien respirer est essentiel. Pour moi pratiquer la sodomie c’est comme une séance d’assouplissement/relaxation: je me mets dans un état quasi second où je relâche tout mon corps. J’inspire sur plusieurs temps et expire tout aussi lentement, je prends conscience de chaque sensation, je les apprécie. Pour une pénétration sans douleur et risque de déchirure, se détendre et pratiquer avec douceur est primordial.
  • Choisir une position confortable où on est relâché(e) ou/et on prend le contrôle : Le but est de se mettre à l’aise, d’éviter les tensions.
  • Le lubrifier pour éviter toute irritation et que le préservatif craque: Pour que les va-et-vient se fasse il faut que…ça glisse! Or contrairement au vagin, le rectum ne va pas produire de lubrifiant naturel. La salive peut aider mais risque d’être insuffisante surtout s’il y a port d’un préservatif . (je précise qu’il y a d’autant plus de risques de transmission du VIH par rapport anal) . Utilisez donc un gel à base d’eau ou de silicone afin qu’il n’endommage pas celui-ci.
  • Le dilater : langue, doigts,  petits vibros ou plugs , tous ces accessoires naturels ou artificiels sont à votre portée. Attention aux ongles si vous utilisez vos doigts! Dans tous les cas, insérez très doucement l’objet, petit à petit mais pas brutalement. Faites de mini va-et-vient et allez progressivement plus loin. Pour le plug vous pouvez le laisser quelques minutes bien placé tout en vous masturbant. Cette petite phase de préparation doit être un plaisir!

LA PENETRATION

  • Pénétrer avec douceur: Faire les choses de manière douce et délicate. S’insérer millimètre par millimètre. Ne pas chercher à insérer le sexe en entier tout de suite, mais au fur et à mesure des va-et-vient. Il s’enfoncera toujours un peu plus. Et croyez-moi si le partenaire s’y prend bien, peu importe son gabarit!
  • Se guider : Vous vivez un rapport sexuel, vous êtes à deux et vous êtes ensemble pour partager un moment de plaisir. Profitez de chaque instant, regardez-vous, parlez-vous. Celui ou celle qui se fait pénétrer peut guider l’autre avec douceur. Il y a une manière de dire les choses bien sûr. Si vous êtes autoritaire ou prenez un ton de reproche, vous allez refroidir votre partenaire.
  • Se faire du bien: Embrassez-vous, caressez-vous. Faire de l’expérience un jeu érotique. La meilleure manière de se préparer à mon avis c’est de ne pas commencer directement par ça. Vous allez vous mettre la pression. Faites-le dans l’élan, après avoir déjà pris beaucoup de plaisir autrement. Monsieur faites-la jouir en pénétration vaginale, venez ensuite lécher entre ses fesses, appuyez avec votre langue au niveau de l’orifice. Si vous avez peur de de lui faire mal avec vos doigts , utilisez un  petit sextoy, profitez-en pour lubrifier. Plus elle sera excitée plus son corps sera réceptif.

LES POSITIONS CONSEILLEES pour la sodomie :

  •  Le Missionnaire : Le +: interaction idéale. Les deux partenaires peuvent se regarder, s’embrasser, la femme est détendue. L’homme peut commencer devant, puis passer en cunnilingus/ anulingus et enchaîner avec le rapport anal, bonne combinaison !
  • La femme allongée sur le côté, l’homme allongé contre elle, derrière son dos. Le +: position où les deux sont détendus, il faut néanmoins une longueur de sexe suffisante
  • La femme allongée sur le ventre, l’homme allongé au-dessus d’elle. Le + : la femme est détendue, l’homme peut lui parler dans l’oreille, lui embrasser la nuque ; lui ou elle peut stimuler le clitoris pendant la pénétration.
  • La levrette. Le +:  position très excitante idéale pour l’homme, vue stimulante des fesses qui s’offrent à lui. Il est conseillé qu’il trouve le bon angle (souvent un peu plus au-dessus d’elle) mais si la partenaire est stressée, c’est celle que je recommande le moins car les partenaires peuvent moins facilement communiquer et se regarder
  • Femme assise sur l’homme : intérêt : elle est ouverte et a le contrôle. Inconvénient, elle peut vite fatiguer des cuisses et du coup se contracter

LES BLOCAGES :

Quel que soit le type de pratiques sexuelles, lorsqu’on a un blocage il est difficile de s’en sortir car on reste sur un mauvais souvenir et on anticipe ensuite l’échec. Cette pensée seule, devenue angoisse, suffit à casser l’élan et l’excitation. Or pour un rapport sexuel réussi et prendre du plaisir (et encore plus pour la sodomie qui peut vite devenir douloureuse) il faut s’autoriser à lâcher prise, ne pas réfléchir, laisser les sensations nous envahir, les écouter et les nourrir en communiquant avec son/sa partenaire.

Pour revenir à votre message, il est absolument logique que votre mari perde son érection si vous avez enchaîné plusieurs rapports sans succès. Il vous aime et ne souhaite pas vous faire mal. Pour lui cette pénétration doit rester synonyme de plaisir et non de douleur. Idem pour vous !

Connaître son corps

Je vous recommande donc de pratiquer déjà ce type de pénétration seule afin que vous exploriez davantage votre corps. Découvrez ses limites, sa manière de réagir et apprenez à lui faire confiance. Plus vous vous sentirez à l’aise avec votre corps, plus vous serez apte à recevoir du plaisir et à contourner les éventuelles douleurs. Et votre mari vous voyant plus sûre de vous, se sentira ainsi plus en confiance.

En somme prenez plaisir à vous masturber. Seule d’abord, puis face à lui, dans un jeu érotique de voyeurisme/exhibitionnisme. Assez-vous ou allongez-vous sur le dos. Lubrifiez votre anus, et insérez un doigt, deux doigts, devenez familière avec ce type de sensation. Votre corps est élastique mais il a besoin de douceur. Vous êtes la première à savoir quelle manière et cadence à adopter.

Maintenir l’excitation mutuelle

Quand vous vous sentez prête, invitez votre mari à vous rejoindre. (Pendant que vous vous préparez allongée sur le dos, vous pouvez aussi pratiquer sur lui une fellation, cela peut être très excitant pour lui. ) Pour rester « vaillant », il a besoin de sentir que vous en avez vraiment envie, que ce n’est pas une épreuve. Bref, faites-monter la pression et pour cela prenez votre temps. D’ailleurs cela n’a pas à se faire en un soir ! Amusez-vous à ce jeu masturbatoire autant que vous voulez jusqu’au moment où vous vous sentez prête.

Enfin, si en vous doigtant ou en insérant un objet vous avez tout de même mal (une sensation de brûlure) il se peut que vous ayez des hémorroïdes ou de l’herpès. C’est extrêmement courant, pas de honte à avoir, mais mine de rien, en cas de crise, hors de question de pratiquer ce type de rapport. (Je précise que l’herpès est contagieux durant les crises). Il faut avant tout vous traiter et pour cela consulter votre médecin . Vous pourrez recommencer quand vous ne ressentez plus aucune gène. Si vous êtes sujette à des hémorroïdes vous êtes d’autant plus fragile, donc allez-y doucement.

Enfin, si vous utilisez du gel lubrifiant et des sextoys, vérifiez bien qu’ils sont compatibles. Il est aussi possible d’être allergique à certains matériaux.

GO!

Voilà, je pense que vous êtes parés ! Vous avez le plus important : la complicité et le désir. Ne reste qu’à pratiquer avec douceur, patience et surtout, à toujours garder ce sens du jeu érotique. La sodomie n’est pas censée être une épreuve synonyme de douleur mais une pratique hyper excitante ! Le plaisir à prendre peut être immense 😊. Amusez-vous bien !


Lubrifiants, sextoys, huiles de massage et  accessoires. Faites votre shopping sur la boutique PETIT COEUR!

Lire les autres #CourrierDesLecteurs 

Retrouvez toutes mes vidéos en conseils sexo et séduction sur la nouvelle chaîne Youtube Ca Zap! Sexy Séduction

"On a plusieurs vies dans une vie."

Comments (3)

  1. Merci pour cet article très rassurant : préparation, mise en place, blocage, etc.
    Mais qu’en est-il du post-coïtum ? Quels conseils auriez-vous pour cajoler son anus après une séance de sodomie ?

  2. Obviously a professional porn actor/actress has more opportunity to experience this wonderful sexual practice. I find anal sex very enjoyable for both when the girl want to do it. That’s the biggest and first obstacle. It’s not so easy in the « real world » to convince a girl to go for anal sex. And this happens for a lot of reasons, could be even a religious thing. About religion as a reason I was lucky enough to experience both side of the coin. With one girlfriend was impossible to do anal because was against the nature and God ( very unlucky for me!). But with another girlfriend was only anal sex because she wanted to arrive Virgin at her wedding ( great experience! I was in paradise 😛 ). An other reason for the girl to say NO is the fear that the sex can be painful or messy. It’s painful if the man goes in like a train in a gallery. The first time I did that because I didn’t know the proper way to do it and the result was simple: backdoor forever closed 🙁 So with the next girlfriend do your homework! PS: The most strange thing for a guy about anal sex is sometimes to explain to a girl how to do an enema. And it’s true when she clean her ass is better pump the music up or be elsewhere or when she’s out of the bathroom the desire to do anal will be gone! So in the real world sometimes you can do anal sex and sometimes for whatever reason is impossible to do with your girlfriend because you must respect what the other partner likes and dislikes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *