#BD : Rencontre avec le créateur d’Ultimex

MA RENCONTRE AVEC ULTIMEX

Il y a quelques mois encore je feuilletais avec candeur et légèreté quelques pages de bandes-dessinées. J’alternais à ce moment-là les albums de Manu Larcenet, Sean Murphy, Gabriel Rodriguez. Et oui, j’étais bien, pépère. Et puis un jour je rentre dans une nouvelle librairie « histoire de « , « juste pour passer le temps » et voir ce qui traîne du côté rayon BD. Et voilà qu’aveugle et sans pitié le Destin me plaque nez à nez contre l’oeil géant d’Ultimex. Si si , un gros oeil. Rond, globuleux, tourné vers moi avec son petit air mi-mignon, mi-interrogateur, mi-flippant, ce qui nous amène à 150% d’attention de ma part: Mais c’est quoi ce truc ? Un manuel de magie noire? « Ultimex »… Un médicament pour le rhume? Une arme nucléaire? Une nouvelle marque de capote? C’est qui ce Ultimex?

Il n’en fallut pas plus pour que mes mains innocentes se mettent à tourner fébrilement les pages de l’album. C’est alors que s’enclencha une spirale vertigineuse et que je découvris le VICE. Il était trop tard, j’avais perdu ce qui restait de virginité en moi (quoique mon visionnage du film The Greasy Strangler dernièrement est parvenu à en rajouter une couche, question dépravation). Depuis, Ultimex est un peu comme un livre de chevet, posé entre un manuel de méditation et le New York Times. Florilège de répliques racistes, zoophiles, sexistes… et tout ce qui suffirait à déchaîner dans nos rues des mois de vagues de manifs et de grèves générales , Ultimex s’attaque à tous, des 7 à 77 ans avec une élégance de dandy et une obscénité à faire chialer la censure. Et il n’est pas seul. Son acolyte,  Steve, non pas moins détestable et néanmoins attachant, est ce genre d’ami à ne jamais laisser en compagnie de vos femmes, enfants et animaux domestiques.

Bref il était urgent que je m’entretienne avec le responsable . Parce que j’ai ri, beaucoup et que j’en rougis encore.  Rencontre avec GAD, créateur de la série Ultimex….


INTERVIEW

Comment est né le personnage d’Ultimex ? Quelles sont tes affinités avec lui, est-ce qu’il pourrait être ton pote d’ailleurs ? Et Steve, pourrais-tu coucher avec lui ?

En feuilletant une anthologie d’une vieille revue policière du début du XXe siècle, appelée « l’Oeil de la Police », j’avais été interpellé par une sorte de mascotte qui apparaissait parfois dans ses pages. Elle portait un énorme globe oculaire à la place de la tête et un sourcil froncé en guise de chevelure. J’ai tout de suite aimé ce personnage plutôt malsain qui m’a inspiré l’allure générale d’Ultimex.

Je déconseillerais à quiconque de prendre Ultimex comme ami, à moins d’aimer être réveillé en pleine nuit, plusieurs fois par semaine, pour aider à dissimuler des cadavres.

Steve, le faire-valoir d’Ultimex, est plutôt beau garçon. Mais c’est à peu près tout ce qu’il a pour lui. Bourré de complexes, de traumatismes et affublé d’un nombre conséquent de perversions diverses, son appareil génital souffre en sus du syndrome des trois M : il est Minuscule, Moche et Malade. C’est la raison pour laquelle, au risque de briser son petit cœur, je repousserais ses avances.

Pourquoi avoir choisi l’œil ? Est-ce l’envie de rendre le perso plus anonyme  ou je me fous le doigt dans l’oeil? (oui bon…)

Bien que la tête en globe oculaire m’ait été inspirée par un autre personnage, cet aspect physique possède l’énorme avantage de le rendre impersonnel. Le lecteur est ainsi plus susceptible de projeter ses propres émotions sur lui. Cet œil lui donne également un côté monstrueux, raccord à son comportement. Enfin, cette physionomie possède un dernier avantage à mes yeux : elle est plus rapide à dessiner que n’importe quel visage.

Comment est né le concept de la BD ? Quand je te lis je me dis : ce mec, Ultimex, incarne toutes les mauvaises pensées, tout ce qui peut être obscène, raciste, sexiste, homophobe…tout ce qui fait que qu’on se marre honteusement en se disant : « Merde, si j’ai ri, j’irai en Enfer »

La personnalité d’Ultimex s’est imposée toute seule. Je n’ai rien calculé. Même le nom du personnage est venu sans que j’aie à réfléchir. Bien sûr, j’adore l’humour trash. C’est donc pour ça que son caractère n’est pas exactement celui du citoyen modèle. J’ignore s’il est légitime ou non d’éprouver une forme de culpabilité à la lecture de mes BD mais si c’est ce que vous ressentez, c’est probablement que vous êtes plus sain d’esprit que moi !

(Mon Dieu, je n’irai pas jusque là…)

Est-ce qu’il a été difficile de se faire publier en livre ? T’a-t-on reproché d’être trop trash ? L’idée de s’auto-publier sur un blog est-ce que c’était justement pour te permettre de n’avoir aucun cahier des charges ou censure ?

Je n’ai pas eu de difficulté à faire publier mes histoires. A vrai dire, les éditions Lapin et Vraoum (les deux éditeurs d’Ultimex) se sont montrées assez rapidement intéressées par mon travail. Je pense qu’il y a une place pour ce genre d’humour dans le paysage de la BD franco-belge. Pas forcément chez les plus gros éditeurs qui se doivent d’être grand public mais il y a un certain nombre d’éditeurs indépendants qui sont susceptibles de se montrer intéressés. Si j’aime publier sur Internet, c’est davantage pour le plaisir d’avoir un retour de la part des lecteurs. Ça me permet aussi de voir ce qui fonctionne ou non dans une histoire, et ça me motive à continuer !

Est-ce que toi-même tu te fixes certaines limites ? Y a -t-il des sujets auxquels tu préfères ne pas toucher ? La fabrication des cupcakes par exemple ? La taxidermie ?

Comme tout le monde, j’ai mes limites. Quand j’imagine une aventure d’Ultimex je ne me dis pas « Tiens à quel sujet tabou vais-je m’attaquer aujourd’hui ? » mais plutôt « Comment va réagir notre héros au comportement légèrement excessif ? ». Je ne suis donc pas dans une logique d’exploration de l’humour trash, je me contente d’imaginer des situations et d’écrire des dialogues qui m’amusent.

(Nous remarquerons qu’il a contourné la question des cupcakes…)

Tu lis quoi en BD ? Peux-tu me citer les 3 derniers albums qui t’ont marqué ?

  • J’ai adoré « Megg, Mogg and Owl, tome 3 » de Simon Hanselmann. Les deux premiers étaient très réussis mais le troisième est définitivement celui qui m’a fait le plus marrer avec son humour trash essentiellement basé sur la gêne et le malaise.
  • « La dernière séance » de Vincent Wagnair, un album qui fleure bon la BD de gare. Dessinées volontairement maladroitement, les histoires bancales qu’on y retrouve me font mourir de rire.
  • Enfin, je citerais les 4 premiers tomes de « I am a hero », un manga d’action qui se déroule dans un japon envahi par des morts-vivants de type « infectés ». J’ai rarement lu quelque chose d’aussi intense en BD. Malheureusement, le rythme a tendance à ralentir dans les albums suivants et l’histoire se fait moins prenante.

A quand des capotes Ultimex ?

Les capotes Ultimex ne sont hélas pas prévues. En revanche, avec mon collectif de BD  Glory Owl, on a lancé une gamme de préservatifs « Docteur Pute ». Ceux-ci ont la particularité de comporter au préalable une M.S.T., ce qui représente un vrai gain de temps pour l’usager !

Quels sont les projets à venir ?

Cette année, une nouvelle histoire d’Ultimex verra le jour en librairie. Elle se déroule en enfer et sortira en deux tomes. Le numéro 4 de Laudanum, la revue que j’ai créée, paraîtra au printemps. Enfin, un nouveau recueil de strips de mon collectif Glory Owl devrait sortir à la fin de l’année.

Et pour finir, à quand Dodo dans un album d’Ultimex ? ( voir le compte Instagram @dodosuperstar )

Ca devrait pouvoir s’arranger. Il a un physique fait pour plaire à Steve !

 


 => ACHETER ULTIMEX
=> Lire le blog d’ Ultimex

PUBLICATIONS:

Ultimex et Steve le faire-valoir prodige, Éditions Lapin

Le Mauvais œil, Angoulême, Vraoum !

Le Duel, Éditions Lapin

Les Artistes, Éditions Lapin

L’Axe du mâle, Vraoum !

Le Roi de la soirée, Vraoum !

Atomic Tequila, Éditions Lapin

Ultimate Ultimex, Vraoum !

A LIRE: 

Amateurs d’humour trash? Lisez ma critique du film d’horreur Prevenge…

 

"On a plusieurs vies dans une vie."

Comments (1)

  1. Si tu aimes cet humour , tu as la chronique de Pierre Emanuel Barré sur France Inter le mercredi dans la  » bande original  » à partir de 11h , disponible en podcast sur iTunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *