Cunnilingus: Le plaisir pour elle…

Bonjour  et bienvenue pour ce nouveau  #CourrierDesLecteurs. Aujourd’hui nous allons rentrer dans le vif du sujet et parler un peu « pratique ». Car la sexualité c’est autant du relationnel, de la communication, du ressenti, que de la technique….


« Bonjour Céline.
Comment faire jouir ma partenaire avec un cunnilingus?
Comment la faire jouir au moment de la pénétration? »


Bonjour Philippe,

« Comment la faire jouir au moment de la pénétration? », voilà une question vaste ! D’abord ne percevez pas le rapport sexuel comme une simple pénétration. Faire l’amour/baiser c’est beaucoup plus que ça. C’est embrasser, se regarder, se sentir, se caresser, se goûter, avant, pendant la pénétration et aussi après l’éjaculation. Le secret c’est d’éveiller le corps de l’autre au maximum afin que son plaisir puisse se décupler. Soyez présent, soyez concentré sur elle et non sur ce que vous devez faire. Il n’y a pas de  » sexualité clé en main » comme je le disais dans  un précédent article. En revanche vous pouvez appliquer quelques conseils pour « préparer le terrain » et faire en sorte que le plaisir et l’excitation montent en elle, et pour cela vous avez raison, la pratique du cunnilingus a un joli rôle clef à jouer.

LE CUNNILINGUS, PRATIQUE DELICATE

Il est toujours un peu compliqué d’expliquer une pratique à distance et uniquement par les mots mais je ne vais pas non plus vous conseiller de regarder des films X pour vous instruire car d’une part le cunnilingus y est souvent négligé et d’autre part il n’y pas forcément pratiqué de la meilleure des manières.

Le cunnilingus est un acte qui exige de la patience, de l’attention, de la délicatesse.

Et fait dans les règles il n’est pas vraiment spectaculaire, c’est quelque chose de très subtil avant tout basé sur le ressenti : il est indispensable que vous soyez réceptif au comportement de votre partenaire, à la manière dont ses muscles vont se contracter, à sa manière de respirer, etc… Comme un baiser la clé est d’y aller progressivement, au feeling, de commencer doucement et de se montrer plus passionné au fur et à mesure que la tension monte.

LES ERREURS A NE PAS COMMETTRE

Pour ce qui est de l’aspect pratique je dirais qu’il y a des choses à absolument éviter.

  • Tout d’abord ne jamais forcer votre partenaire. Si elle se montre gênée car peu habituée à cette pratique ou pudique, vous pouvez la rassurer et lui dire à quel point vous aimez ça, qu’elle peut vous faire confiance, que c’est une autre manière pour vous de la savourer et que surtout, vous êtes là pour lui prodiguer du plaisir. Si vraiment elle s’y oppose, rien ne sert d’insister.
  • Focalisez-vous sur le clitoris et les lèvres, pas l’entrée du vagin. Votre langue n’est pas là pour remplacer votre pénis, son rôle est de stimuler toutes les petites zones sensibles. Un bon cunnilingus donne envie à votre partenaire de se faire pénétrer mais cette pénétration n’est pas indispensable pour la faire jouir. C’est pourquoi l’intervention des doigts arrive aussi en seconde étape.
  • Veillez à avoir la peau du visage lisse… ou carrément barbu mais pas entre les deux, par conséquent pas de barbe mal rasée ! Les muqueuses de l’intimité féminine sont extrêmement sensibles. Si vous les irritez c’est fichu pour la suite.
  • Evitez les bruit de succion, vous n’êtes pas en train d’aspirer un bol de nouilles.
  • Evitez de cracher. Bah oui, ça se fait dans les films porno, ça peut être excitant dans le cadre d’un rapport un peu « bestial » mais pour l’instant restons-en aux basics! Vous pourriez la choquer pour ce comportement pas très gentleman. Idem pour les claquements sur son sexe avec la paume de votre main, allez-y avec douceur mais n’y mettez pas trop d’énergie. Imaginez qu’elle vous fasse la même chose sur vos testicules!
  • Ouvrez-lui les cuisses sans non plus lui faire faire un grand écart facial, soyez délicat. Si vous forcez cela l’amènera à contracter ses muscles et l’empêchera tout simplement de se détendre et de ressentir du plaisir.

LE CHOIX DE LA POSITION

  • Concernant les positions, elles sont multiples: elle peut être debout, cambrée ou à quatre pattes (en levrette) et vous derrière à genoux, ce qui peut être aussi l’occasion de jouer avec votre langue jusqu’à la naissance de ses fesses.
  • Elle peut être assise au-dessus de votre visage (très pratique pour elle car elle peut ainsi maîtriser le va et vient et disposer de votre bouche pour obtenir les frottements qui lui procurent de bonnes sensations).
  • Elle peut également être allongée sur le dos, ce qui est probablement l’option la plus simple puisqu’elle peut alors totalement se laisser aller. Et oui, se laisser aller est essentiel pour une femme. Il ne s’agit pas pour elle d’être passive, mais de pouvoir se détendre pour être davantage réceptive, de pouvoir lâcher prise et penser à son plaisir.

LES TECHNIQUES DU PLAISIR

  • N’hésitez pas à la regarder dans les yeux, lui parler, à prendre votre temps. Après l’avoir faite asseoir, mettez-vous face à elle, embrassez-lui les pieds, les chevilles, les genoux, remonter jusqu’à l’intérieur des cuisses,  doucement, vos mains au niveau de ses hanches ou à la cambrure de son dos, embrassez tout le pourtour de son sexe, ses lèvres, jusqu’à accéder délicatement à son clitoris. Faites monter en elle l’envie. Le plaisir doit être autant physique que cérébral.
  • Effectuer des mouvements de rotation avec votre langue. Attention le clitoris est très sensible, il n’est pas nécessaire de le décalotter, des mouvements de rotation avec pression effectuées autour et dessus suffisent. Soyez légers au départ (mais ne vous contentez pas d’effleurer, ça chatouille !) puis accélérez très progressivement et accentuez la pression avec le bout de votre langue.  Attention, accélérer ne signifie pas être frénétique. Votre partenaire ne demande pas un show de votre part, mais que vous soyez passionné.
  • Invitez-là à vous guider, à vous dire ce qu’elle veut : plus vite ? plus à droite ? Tout échange est érotique, tout est stimulus, jouez. Ses cuisses se contractent et se referment sur votre tête, ses mains se crispent sur vos épaules ou vos cheveux, sa respiration se suspend, son corps tout entier se tend ? Bravo, voilà des signes qui laissent présager l’arrivée d’un orgasme. « Ne t’arrête pas ! Continue, encore ! » Votre mâchoire commence à ressentir une crampe mais vous ne devez pas ralentir ! Ne changez pas non plus de mode opératoire, si elle vous dit que c’est bon, c’est qu’il ne faut rien changer.
  • Si elle ne vous a rien signifié, c’est le moment de passer à l’étape suivante, à savoir à insérer un premier doigt tout en restant actif avec votre langue. Gardez en tête que le but n’est pas d’aller le plus profond possible. Courbez votre doigt vers le haut, restez inséré et faites des petits va et vient en appuyant contre la paroi de son vagin. Vous êtes sur le chemin du point G et croyez-moi, si vous parvenez à trouver le bon rythme, elle montera au plafond. Encore une fois, soyez attentif , c’est elle qui vous montrera ce qui la comblera. Son corps parle aussi pour elle: son sexe est très humide, dilaté, vous pouvez insérer un deuxième doigt, accentuer les va et vient, alterner entre votre bouche et votre main.

 


Pour finir, si Madame ne se montre pas enthousiaste, pas de panique. Demandez-lui comment répondre à ses attentes. Il se peut également qu’elle ne soit tout simplement pas à l’aise avec son corps ou avec ce type de pratique et dans ce cas, vous ne pouvez pas y faire grand-chose. A elle d’explorer sa sexualité, d’être connectée avec son corps, d’avoir envie… d’avoir envie. Votre rôle est de l’accompagner dans cette quête de plaisir et inversement. Tant que vous serez dans une dynamique de partage (sentiments ou non), vous serez tous les deux gagnants !

 


INFOS PREVENTION

Parler du plaisir c’est bien mais il est important de mentionner les risques associés aux pratiques sexuelles. Pas question de vous refroidir sur le sujet ni de vous dissuader (loin de moi cette idée!) mais sachez que les préliminaires sexuels comportent des risques de transmission de MST. Ici par exemple: l’herpès, l’hépatite B, et les infections bactériennes comme les gonocoques , la syphilis, la blennorragie et le papillomavirus.

Par conséquent n’hésitez pas à effectuer des tests médicaux complets avec votre partenaire afin de vivre une sexualité sans angoisse ni mauvaises surprises et sachez qu’il existe des préservatifs féminins permettant une protection maximale.

 


Me rencontrer pour un RDV Conseil/ COACHING SEXO est désormais possible! CLIQUEZ ICI!

 

"On a plusieurs vies dans une vie."

Comments (9)

  1. Très intéressant ! Pourras-t-on avoir un article qui présente l’autre façade de manière aussi détaillée ? 🙂

  2. Merci pour ces précieux conseils Céline…je les suivrais à la lettre…
    Bonne journée.

  3. Gracias por estos muy valiosos consejos… Por cierto que hermosa eres, te admiro y amo desde que te conozco.

  4. D’exellents conseils… J’en retrouve que j’ai pratiqués sans le savoir d’une manière aussi détaillée… Puisse cela servir à d’autres…
    Deux amies bisexuelles m’ont confié il y a bien longtemps que pour elles, aussi « savants » qu’aient été les hommes (dont je n’ai jamais été), elles n’avaient jamais autant de plair et de jouissance que lorsqu’elles pratiquaient entre elles… Peut-être que la meilleure connaissance des réflexes y étaient propices…

  5. J’avoue que je me suis inspiré de ce billet dans ma vie privée et que ma femme m’a complimenté sur mes progrès en la matière. 🙂 J’ai fini par lui dire où je m’étais renseigné et elle m’a dit « Ha oui, je comprends pourquoi c’est différent ! » 😀

    1. Excellent! Merci pour ce commentaire qui me donne vraiment le sourire. Amusez-vous bien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *