Ma visite au château Miranda

Durant les vacances d’été alors que certains s’étaient payé un billet pour les îles ou un séjour dans une destination ensoleillée, je m’offrais pour ma part une petite virée en Belgique. » Mais qu’est-ce ce que tu vas foutre en Belgique?  » Devant le regard mi-désolé, mi- intéressé de mes amis, je souriais, riche d’un secret qui rendait ce voyage d’autant plus savoureux.  Lorsque je revenai de ce petit périple, un road trip ponctué de destinations soigneusement choisies à force d’enquêtes sur Internet, je postai alors quelques photos sur mon compte privé Facebook.   » Wow mais où est-ce que tu es allée ? C’est magnifique ! De vrais décors de films, file-moi les adresses! » Et ouai les gars. La Belgique.


On ne pense pas forcément à ce pays comme premier choix de destination lorsqu’il s’agit de partir en ballade mais croyez-moi, il s’y cache de vrais petits paradis. Pour bronzer? Ah non, voyons.  Amateurs de farniente passez votre chemin. Quand j’utilise le mot « paradis » il s’agit de bien sûr de mes propres critères. Je parle d’exploration, de vieilles pierres, de rouille, de vestiges de machines, de murs, de leurs fantômes….

Mon paradis se cache dans les lieux abandonnés.

Parmi eux j’ai pu trouver une merveille et j’ai le coeur serré à l’idée de savoir qu’il  a récemment été détruit, je pense au  Château de Noisy, rebaptisé du nom romanesque de:  « Château Miranda« . Cette magnifique bâtisse  néo-gothique du XIXème siècle semble tout droit sortie d’un conte de fées ou plutôt, d’un conte de sorcières.  Ses tours s’élancent dans le ciel comme des griffes, crèvent les nuages. Dressées comme des sceptres elles surplombent les bois, dominent la nature qui s’étend à leurs pieds. En y montant tout en haut on peut apercevoir au loin un autre château, plus sobre, mais qui éveille l’envie de partir à sa conquête, tout en armure, avec une  armée de lutins.

A l’intérieur, la visite se fait avec précaution, la pierre est cruellement rongée par un parasite , elle pourrit. Pas étonnant que le propriétaire ait baissé les bras et ai opté pour faire table rase, d’autant plus qu’un explorateur pourrait porter plainte s’il se blessait sur place.

Le Château Miranda est une belle pomme empoisonnée.

Il regorge de petits pièges, de plafonds brisés, de poutre prêtes à rompre. Mais peu importe, au moment où je déambule de pièces en pièces, je suis une Goonies décidée à ouvrir toutes les portes.

La lumière naturelle suffit à rendre grâce aux plafonds, rouge vermillon, bleu cyan..rien n’est sobre, tout est d’une beauté princière, démesurée. Le grand escalier laisse imaginer de longues traines de velours glissant de marche en marche. Une princesse les foulant de ses pantoufles de vair pour une soirée de bal. Seul un vampire ou un comte a pu résider ici. Une âme romantique qui erre probablement encore dans le palais déserté. Plus de meubles ni de bibelots, tout est vide. Le château Miranda est un lieu bien connu des amateurs d’urbex, et certains peuvent se montrer friands de souvenirs ; il ne faut donc pas s’attendre à trouver des restes.

Mais le sous-sol réserve ses trésors. La perfection de certaines pièces laissent presque croire à une mise en scène. C’est trop beau pour être vrai.  Une cuisine et ses éléments massifs en inox, et au détour des couloirs sombres, une salle de classe, magnifique.  Quelques chaises et tables figées devant le tableau griffonné à la craie.  Munie de ma lampe frontale je prends quelques clichés. J’avais lu quelque part que le château avait servi de résidence scolaire. Cela explique les dizaines de petites chambres qui s’enchaînent le long des couloirs.  C’est le noir total. Je suis plutôt du genre peureuse, baignée dans les films d’horreur depuis toute petite, il ne me faut pas plus qu’un peu de pénombre, une cabine de douche ou une porte grinçante pour titiller mon imagination. Mais la curiosité est trop forte. Je sais que je ne reviendrai pas, c’est maintenant ou jamais.

Comme tout château qui se respecte le Château Miranda dispose de ses dépendances, d’un grand parc. Pour y accéder il faut suivre un long chemin à travers les bois.

Un véritable bijou qui aurait dû aller dans les mains d’un mage pour trouver une seconde vie.

Je n’ose même pas imaginer le désastre, le paysage est désormais amputé. Je préfère sourire aux images de cette jolie ballade et partager avec vous mes impressions. Le souvenir et ses sensations restent intactes.

"On a plusieurs vies dans une vie."

Comments (6)

  1. En bon Goonies, j’apprécie la balade. Un lieu à voir absolument 😁
    Merci pour la balade.

    1. Oui c’est dommage, mais les frais de restauration étaient beaucoup trop coûteux et le lieu devenait dangereux pour les visiteurs improvisés.

  2. Ce château était magnifique. Encore merci pour la découverte, j’aurai trop aimé le visité aussi. Il mérite amplement ton article, bravo

    1. Merci. Oui un lieu vraiment irréel. Il appartient aux légendes désormais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *